Le saviez -vous ?

La superficie des espaces « vides » au sein des bâtiments tertiaires occupés représente la superficie totale des planchers de Paris. 
C’est un peu comme si l’on vidait la Capitale de ses occupants, chaque jour de 7h00 à 19h00 et 365 jours par an !
Un autre chiffre pour situer ce potentiel d’usage : en utilisant 10% de ce « sous-usage » chronique, c’est comme si l’on réalisait 10 ans de chantiers d’espaces tertiaires sur Paris – Ile de France : 5.000.000 de m2 immédiatement disponibles, partout en France !

Une idée absurde ?
Pas tant que ça si l’on se réfère aux récents propos tenus par un dirigeant de l’un meilleurs spécialistes de la construction :
« L’immobilier tertiaire doit s’orienter vers le modèle de l’économie du transport aérien: des avions parfaitement sécurisés, en vol et complets. Le cauchemar, c’est un avion au sol ou à moitié vide« .

Agir contre une vraie gabegie écologique, sociale et sociétale.
Ecologique, on comprend vite pourquoi : optimisation des consommations, réduction des trajets, avantages de l’économie circulaire.
Sociale : parce que l’on pourrait réduire avec succès de nombreux déplacements contraints qui s’imposent à des millions de français .
Sociétale : parce que l’on se prive des milliers d’opportunités de relations professionnelles qui peuvent naitre de ces nouvelles manières d’entrevoir l’usage de ses propres espaces tertiaires. (Et que l’on ne parle pas ici des espaces de coworking !)

Notre innovation ?

Adapter l’accueil, garantir la transaction entre les parties prenantes et sécuriser les accès grâce aux technologies digitales et par une bonne approche des usages.

Les avantages sont immédiats et tangibles : économies de déplacements, impacts sur le bien être des gens, contribution à l’économie locale…etc.

Ce sujet vous parle ? Vous souhaitez contribuer à notre expérimentation en cours ? Vous avez un avis, une réaction ? Un besoin immédiat ou futur ? N’hésitez pas à revenir vers nous, au moyen du formulaire contact en page Point de vue.